Rencontre à Detroit pour la survie de GM et Chrysler Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
09-03-2009

ImageLe groupe de travail du gouvernement américain sur l'automobile doit passer la journée d'aujourd'hui à Détroit, ville du Nord des Etats-Unis ou siègent les trois grands constructeurs américains, a-t-on appris dimanche soir auprès d'un responsable gouvernemental.

Le "groupe de travail présidentiel sur l'automobile" doit rencontrer à cette occasion des responsables de la direction de General Motors et Chrysler, ainsi que des membres du United Auto Workers (UAW), le syndicat des employés de l'automobile, a indiqué ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

Au bord du dépôt de bilan, General Motors et Chrysler ont été secourus en décembre par le gouvernement américain. Depuis cette date, le premier a reçu de l'Etat 13,4 milliards de dollars et le second 4 milliards, qui leur ont tout juste permis de survivre.

En échange de cette aide, les deux groupes se sont engagés dans un plan de restructuration, destiné à faire la preuve de leur viabilité à long terme. Mais les deux groupes n'ont pas exclu ces jours-ci de devoir déposer leur bilan.

Dimanche, le syndicat des employés de l'automobile canadien (CAW) a annoncé être parvenu à un accord préliminaire avec GM, acceptant entre autres un gel des salaires, une suspension de l'indexation des plans de retraite sur l'inflation, ainsi qu'une réduction des congés payés d'une semaine.

En échange, le premier constructeur américain doit pouvoir obtenir une aide des autorités canadiennes et maintenir entre 17% et 20% de sa production au Canada.

Jeudi, le département du Trésor américain avait indiqué travailler "en permanence" pour trouver une solution "sensée" aux difficultés que rencontrent les groupes automobiles américains (AFP).

Depuis 2005, GM accuse 86 milliards de pertes et le mois dernier ses ventes ont encore chuté de moitié. Le sénateur républicain John McCain en a déjà tiré les conséquences. « Je pense que la meilleure chose qui puisse arriver à General Motors est qu’il se place sous le régime de la loi des faillites », déclarait hier l’ex-candidat républicain à la présidence des États-Unis.

(source : http://auto.nouvelobs.com/actualites/6792/gm/breve.html)

 
< Précédent   Suivant >
© 2017 TransAm-fr.com, le site français des Pontiac Trans Am, Firebird & Formula
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.